viagracialis 20 mgviagra pharmacycheap levitra

Monaco at UN

viagrabuy cialisviagra saleslevitra online

English   

Discours

Intervention de S.E. Mme Isabelle Picco sur le point intitulé "Promotion et protection des droits de l'enfant" en Troisième Commission de l'Assemblée Générale

16 octobre 2009

Intervention de: S.E.Mme Isabelle Picco, Ambassadeur, Représentant permanent

Vingt ans après l'adoption de la Convention relative aux droits de l'enfant et, plus récemment des deux Protocoles facultatifs se rapportant à ladite Convention et auxquels la Principauté de Monaco est Partie, nous disposons de normes et de règles solides en faveur de la protection des enfants et de la promotion de leurs droits.

Monsieur le Président,

Dans les situations de conflits armés, la prévention demeure l'outil principal de lutte contre le recrutement d'enfants dans les forces armées et nos efforts doivent appuyer ceux de la Représentante spéciale du Secrétaire général.

Ainsi, est-il crucial d'une part, d'assurer l'éducation des enfants même en situation d'urgence et faire valoir l'école comme un lieu protégé conformément au droit international humanitaire. D'autre part, il convient d'engager les parties impliquées, comme le fait Mme Coomaraswamy, lors de ses missions sur le terrain et de soutenir la prise en compte systématique et l'intégration des questions spécifiques liées à la condition des enfants dans les conflits au sein des politiques et activités entreprises par l'ensemble du système onusien.

La directive sur la protection des enfants du Département des opérations de maintien de la paix et du Département de l'appui aux missions adoptée en juin dernier et dont nous saluons l'initiative, traduit cet esprit de manière concrète et doit servir d'exemple pour notre mobilisation générale.

En outre, l'adoption de la résolution 1882 (2009) du Conseil de sécurité, que mon pays a coparrainée, représente une étape importante car elle lève le voile sur un sujet qui a trop souvent été l'objet de tabous culturels et condamne enfin le meurtre, les mutilations, les viols et autres formes de violence sexuelle à l'encontre des enfants.

Ma délégation entend non seulement condamner la violence sexuelle contre les filles comme elle l'a fait également aux termes de la résolution 1888 dont elle s'est portée coauteur mais aussi mettre en exergue le problème particulier de la violence sexuelle contre les garçons, qui est peut-être moins évident mais qui, et nous en sommes reconnaissants, est reconnu dans le rapport de la Représentante spéciale comme une véritable menace notamment dans les camps de réfugiés et de personnes déplacées.

Ma délégation se réjouit donc que les systèmes de surveillance et de communication de l'information déjà mis en place en 2005, fassent le jour sur ces atrocités et nomment explicitement en annexe des rapports, les parties coupables aux fins de les embarrasser, de les dissuader et principalement de les sanctionner.

Car il s'agit bien, Monsieur le Président, de mettre fin à l'impunité de ceux qui continuent à commettre ces crimes odieux, là où les mesures préventives ont échoué, si nous voulons efficacement lutter contre le recrutement des enfants et de leurs mauvais traitements.

Face à l'arsenal juridique dont nous disposons, demeurent toujours le défi de leur mise en Suvre et l'émergence de nouveaux maux. La nature changeante des conflits, qui se déroulent souvent à l'intérieur des Etats et en zones difficiles d'accès, les actes de terrorisme qui utilisent des enfants, la propagation des armes légères dont les enfants sont le plus souvent les victimes, les viols et les autres actes de violence sexuelle généralisés plus nombreux et aussi, comme il ne faut pas l'oublier, les conditions de pauvreté qui ont malheureusement été aggravées par les crises récentes sont des obstacles supplémentaires.

A la lumière de ces phénomènes, il convient dès lors de nous mobiliser en vue de la réinsertion de ces enfants, victimes. A cet égard, ma délégation soutient l'initiative du Troisième Forum ministériel sur le suivi des Engagements et Principes de Paris, auxquels elle souscrit pleinement, sur le thème du financement de centres d'accueil et de programmes de réinsertion.

Monsieur le Président,

Ma délégation souhaite féliciter la nouvelle Représentante spéciale sur la violence à l'encontre des enfants et assurer Mme Santos Pais du plein appui de mon Gouvernement. La violence à l'encontre des enfants est malheureusement une réalité qui touche tous les pays et toutes les couches sociales. La violence n'est pas seulement physique : elle commence souvent par un mot.

Comme je l'indiquais, les crises récentes alimentaire, climatique, économique et énergétique ont détourné les ressources qui auraient dû contribuer à la réalisation des OMD en matière de santé, de services sociaux de base et d'éducation, notamment pour les filles et se traduisent par des taux croissants de mortalité infantile et maternelle.

L'effort de coopération internationale de Monaco vise à répondre à ces nouveaux besoins. Ainsi, le Gouvernement Princier s'emploie à mettre en place des infrastructures telles que des dispensaires, des maternités ou encore des institutions pour enfants handicapés. Il contribue à des programmes visant à lutter contre la faim et, en partenariat avec l'OMS, finance des programmes de vaccination sur le continent africain.