viagracialis 20 mgviagra pharmacycheap levitra

Monaco at UN

viagrabuy cialisviagra saleslevitra online

English   

Discours

Conférence d'examen de l'Accord aux fins de l'application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (10 décembre 1982) relatives à la conservation et à la gestion des stocks de poissons dont les déplacements s'effectuent tant à l'intérieur qu'au-delà de zones économiques exclusives (stocks chevauchants) et des stocks de poissons grands migrateurs

25 mai 2010

Intervention de: M. Johannes de Millo Terrazzani, Premier Secrétaire

Monsieur le Président,

Permettez-moi tout d'abord de vous assurer du plein et entier soutien de la délégation monégasque pour vous aider à mener à bien les travaux de cette réunion.

Comme le souligne le rapport du Secrétaire général, l'état des stocks depuis la dernière évaluation en 2005, pour la plupart des espèces pour lesquels des données étaient disponibles sont toujours jugées comme pleinement exploitées ou surexploitées. Monaco demeure préoccupée par ce fait.

Il apparait donc essentiel que cette réunion d'États Parties adopte de nouvelles recommandations concrètes visant à renforcer davantage l'application de l'Accord et fasse un état de l'application des recommandations adoptées lors de la conférence de 2006.

L'Accord constitue la pierre angulaire du régime de gestion des pêches des espèces migratrices telles le thon et le requin, espèces auxquelles, vous le savez, la Principauté de Monaco attache une grande importance.

Des progrès ont été accomplis depuis la dernière conférence d'examen en 2006 et appelons à poursuivre les efforts menés en vue d'une meilleure communication et coordination entre les organisations régionale de pêches.

Il apparaît néanmoins que les données relatives aux stocks et aux pêches en haute mer sont insuffisantes. Il est donc impératif d'en améliorer la disponibilité et la diffusion. Par ailleurs, il convient de souligner l'importance de renforcer les études d'impactes environnementales et la mise en Suvre d'aires marines protégées.

Il est également nécessaire d'améliorer le fonctionnement des organisations régionales de gestion de pêches. L'adoption de recommandations en faveur d'études de performances indépendantes serait ainsi opportune.

Les États Parties demeurent responsables du contrôle de leurs navires et ressortissants dans les zones ne relevant pas de leur juridiction nationale, comme le souligne le rapport du Secrétaire général.

Monsieur le Président,

Nous remercions les nombreux soutiens en faveur des efforts de Monaco en matière de conservation et notamment lors de la dernière conférence de la CITES à Doha.

Parmi ces efforts, la Principauté de Monaco a tenu, les 31 mars et 1er avril dernier, en partenariat avec la Fondation Prince Albert II, la « Monaco Blue Initiative » qui a permis de mettre en place un club de réflexion (think tank) sur les problèmes auxquels font fassent les océans.

Pour conclure, nous demeurons convaincus qu'une large adhésion à l'Accord est indispensable pour assurer sa pleine application et à ce titre, Monaco se félicite de l'adhésion de vingt nouveaux États depuis la dernière Conférence d'examen de 2006 portant le nombre d'États Parties à soixante-dix-sept.

Je vous remercie.