viagraorder cialisviagra canadalevitra

Monaco at UN

viagracialis for salecheap generic viagralevitra pharmacy

English   

Discours

Intervention de S.E. Mme Isabelle Picco lors du débat du Conseil de sécurité sur le point de l'ordre du jour intitulé "La femme et la paix et la sécurité"

26 octobre 2010

Monsieur le Président,

La Principauté de Monaco attache la plus haute importance à la protection des civils, victimes innocentes des conflits. Parmi elles, les femmes et les enfants constituent sans nul doute les populations les plus vulnérables.

Au cours de cette dernière décennie, le constat que les femmes et les enfants soient devenus la cible d'une violence sans nom est inacceptable. Aussi, la reconnaissance par le Conseil de sécurité de ce fléau lors de l'adoption de la résolution 1325, le 31 octobre 2000, a été un tournant majeur dans la mobilisation de la communauté internationale.

Nous relevons l'importance de la contribution indispensable de la société civile qui a permis d'importantes avancées et nous a aidés à définir la participation des femmes comme condition sine qua none au processus de consolidation de la paix et aux efforts de relèvement des pays affectés.

Si le rôle des femmes n'est plus à démontrer en matière de développement, il est aussi indispensable pour assurer la paix durable, la cohésion sociale et la légitimité politique. Leur contribution n'est pas seulement un objectif en soi ; c'est aussi un élément crucial à la réalisation des priorités de consolidation de la paix.

Dans cette perspective, la mise en place et le renforcement des institutions des pays doivent être soutenus afin de garantir l'état de droit.

Monsieur le Président,

La résolution 1325 affirme aussi la nécessité de respecter scrupuleusement les dispositions du droit international humanitaire et les instruments relatifs aux droits de l'homme.

Il est impératif que les atrocités commises ne demeurent pas impunies en particulier lorsque le viol est utilisé comme arme de guerre.

Nous notons avec intérêt l'établissement d'un cadre global unique en vue de la mise en Suvre effective de la résolution 1325 et de la responsabilisation de toutes les parties concernées.

La prise en compte des indicateurs qui figurent en annexe au rapport du Secrétaire général devrait permettre de mesurer les progrès et souligner les domaines qui méritent notre attention.

Nous saluons à cet égard, les efforts et les initiatives entrepris par le Département des opérations de maintien de la paix notamment dans le domaine de la formation et du renforcement de la présence de femmes au sein des missions de maintien de la paix et des forces de police.

Ma délégation soutient sans réserve le courage et la détermination de la Représentante spéciale pour la violence sexuelle dans les conflits, Mme Margot Wallström et de la Secrétaire générale adjointe chargée de l'entité « ONU-Femmes » Mme Bachelet pour coordonner nos activités au bénéfice des femmes.

Nous espérons que la volonté politique que nous avons su développer continuera de s'affirmer.