viagracialis 20 mgviagra pharmacycheap levitra

Monaco at UN

viagrabuy cialisviagra saleslevitra online

English   

Discours

Examen de la première Décennie des Nations Unies pour l'élimination de la pauvreté, 44ème Session de la Commission du développement social

9 février 2006 à New York

Madame le Président,

Je compte sur vous pour transmettre nos félicitations au Président et aux autres membres du Bureau et les assurer que nous nous emploierons à remplir avec détermination le mandat qui nous a été confié, en vue de la réalisation efficace et effective des responsabilités qui nous incombent au cours de cette session.

Madame le Président,

Au terme de la première Décennie des Nations Unies pour l'élimination de la pauvreté, nous tenons à souligner les points qui nous paraissent essentiels dans le rapport présenté par le Secrétaire général.

Conformément aux recommandations qu'il formule, nous reconnaissons la nécessité pour les pays en développement, qui ne l'ont pas encore fait, d'adopter, le plus tôt possible, une stratégie nationale de développement et de commencer à l'appliquer. Cette stratégie suppose également que la communauté internationale respecte les engagements adoptés depuis le Sommet de Copenhague et réaffirmés depuis lors, dans le cadre des grandes conférences et réunions au sommet des Nations Unies.

Tout en se félicitant des progrès enregistrés grâce aux activités entreprises au cours de la Décennie, il convient de constater que d'importantes disparités continuent de prévaloir dans certaines régions du monde et au sein même de nombreux pays. Le visage de l'extrême pauvreté est celui d'un être humain : celui d'un homme, d'une femme ou d'un enfant qui est privé des nécessités les plus élémentaires, telles que l'accès à l'eau potable et la sécurité alimentaire.

Le Prince Albert II de Monaco a réaffirmé Son engagement en faveur de l'élimination de la pauvreté, pierre angulaire de l'agenda pour le développement que s'efforce de mener à bien l'ONU. Il a récemment déclaré que dans un monde où l'espoir meurt plus qu'il ne naît et où l'égoïsme prend trop souvent le pas sur la générosité, notre pays prendrait la voie du partage et de la paix.

Le Gouvernement monégasque privilégie son implication dans les projets de terrain où il peut vérifier leur mise en Suvre effective auprès des populations concernées. A titre d'exemple Monaco a financé la construction d'écoles, de maternités ou de dispensaires. Ces projets répondent toujours à des besoins spécifiques formulés par des gouvernements dans le cadre de leurs priorités nationales et se prêtent ainsi à une appropriation par les bénéficiaires.

Monaco a également consenti un effort soutenu envers le microfinancement notamment à travers sa coopération avec le PNUD. La mobilisation de fonds monégasques permet d'appuyer les initiatives de petits entrepreneurs qui favorisent la création d'emplois et améliorent le niveau de vie des personnes les plus vulnérables dont les femmes car nous sommes conscients du lien qui existe entre la pauvreté absolue et la féminisation de la pauvreté.

A cet égard, il convient de valoriser le capital humain qui ne peut exister en l'absence d'éducation et d'accès aux services sociaux de base.

En terminant je tiens à réaffirmer que l'élimination de la pauvreté ne peut s'envisager sans la poursuite du partenariat avec la société civile et l'action volontariste des ONG qui oeuvrent sur le terrain et à qui nous tenons ici à rendre un hommage mérité.