viagracialis 20 mgviagra pharmacycheap levitra

Monaco at UN

viagrabuy cialisviagra saleslevitra online

English   

Discours

Intervention de la délégation monégasque lors de la Réunion de haut niveau de l'Assemblée générale sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles

Intervention de: S.E.Mme Isabelle Picco

20 septembre 2011

Monsieur le Président,
Monsieur le Secrétaire Général,
Excellences,
Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi, en premier lieu de remercier le Secrétaire Général pour la qualité de son Rapport et l'Organisation Mondiale de la Santé pour son rôle de chef de file dans la lutte de la communauté internationale pour la prévention et la maîtrise des maladies non-transmissibles, l'Assemblée mondiale de la Santé ayant souscrit à la Stratégie mondiale de lutte contre les maladies non transmissibles en 2000.

Maladies que nous qualifions désormais « d'épidémie » - maladies cardio-vasculaires, cancers, pneumopathies chroniques, diabètes, mais aussi maladies neuro-dégénératives, maladies orphelines, maladies congénitales- ces maladies non transmissibles, constituent les principales causes de décès dans le monde puisque plus de 3 habitants sur 5 meurent d'une de ces maladies.

Monsieur le Président,

Les habitants des pays en développement et les populations à faible revenu sont les plus durement touchés. C'est pourquoi la Principauté s'implique fortement, dans le cadre des activités de coopération au développement, à la mise en oeuvre de programmes sanitaires.

Avec une somme de 300 euros par an et par habitant affectée à l'aide publique au développement, la Principauté de Monaco finance à hauteur de la moitié de cette somme des actions dans les secteurs sanitaire et social. Ces financements permettent notamment la mise en oeuvre de formations de personnels de santé, la lutte contre la malnutrition, l'accès à l'eau potable, le traitement d'enfants atteints de leucémie, la construction ou réhabilitation de centres de santé et d'infrastructures de soin.

En matière de prévention et de maîtrise des maladies non-transmissibles, Monaco s'attache à travailler avec les organisations non gouvernementales, les établissements de santé, et les organisations internationales, en particulier l'OMS.

Le Gouvernement Princier a ainsi noué plusieurs partenariats hospitaliers afin que des établissements de santé monégasques contribuent à l'amélioration et l'accroissement des compétences des personnels soignants des pays partenaires de la Coopération monégasque et, ce faisant, au renforcement des capacités de ces Etats en matière de santé.

Ces partenariats permettent, par ailleurs, la prise en charge à Monaco de l'hospitalisation d'enfants dont les pathologies ne sont pas opérables dans leurs pays d'origine. Depuis sa mise en place en 2008, ce projet a permis de soigner 139 enfants souffrant de problèmes cardiaques ou orthopédiques.

Monaco a également élaboré un partenariat avec l'Agence Internationale de l'Energie Atomique, dans le cadre de son Programme d'Action Pour le Traitement du Cancer, qui vise à améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de cancer, en développant des capacités de dépistage, de diagnostic, de radiothérapie et d'accompagnement.

Monsieur le Président,

L'amélioration de la santé mondiale est un élément essentiel du développement socioéconomique mondial et de la réalisation des objectifs du Millénaire. A ce titre, la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles ne peut se concevoir, comme nous l'avons tous souligné, hors du cadre multilatéral et sans la mise en place de partenariats multisectoriels. Face à ce nouveau défi à relever, nous devons tirer profit de l'expérience acquise en matière de lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme.