English   

Discours

Intervention de la délégation monégasque lors d'une réunion du Groupe de travail sur la biodiversité dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale

Intervention de: M. Florian Botto

20 janvier 2015

Merci Madame la co-Présidente,

Ma délégation tient demblée à saluer la manière efficace avec laquelle vous et votre Co-président avez mené nos travaux, qui nous permettra de pendre une décision sur lélaboration dun instrument international avant la fin de la 69ème session, conformément au mandat directement reçu de nos Chefs dEtat et de Gouvernement lors de la Conférence de Rio +20.

Au fil des années et des différentes réunions, les positions de chacun sont connues.

Il convient désormais d'aller de l'avant pour que la biodiversité dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale bénéficie enfin d'une protection adéquate et contribue au développement durale de tous les États. Cest pourquoi nous devons maintenant finaliser les travaux du Groupe de travail et adopter les recommandations à lAssemblée générale à lissue de cette réunion.

Sans préjuger des négociations futures, nous nous associons à tous ceux, soit la plus grande majorité, qui ont présenté des arguments en faveur dun accord de mise en Suvre des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer pour préciser ses dispositions de caractère général relatives à la conservation et lexploitation durable de la biodiversité au delà des limites de la juridiction nationale. Cet accord de mise en Suvre se placerait donc dans lordre juridique au même plan que les deux déjà existants.

Un accord de ce type, juridiquement contraignant et permettant une participation universelle, est viable et nécessaire car le statu quo nest pas adéquat.

Je renvoie ainsi à la position soumise par ma délégation et distribuée par le document de travail du 4 décembre 2014 sur la portée, les paramètres et la faisabilité.

Il ne sagira pas de diminuer, modifier ou dupliquer aucun instrument déjà en vigueur. Et le nouvel instrument international devra respecter et compléter les mandats existants afin de parvenir à une meilleure coopération.

Madame et Monsieur les co-Présidents,

Nous sommes de lavis, comme de très nombreuses autres délégations, que le « paquet » de 2011 qui a été adopté par lAssemblée générale doit être la base du nouvel accord. Il ne sera pas acceptable de fonder nos négociations sur un ensemble moins large.

A ce titre nous nous félicitons quil figure dans les projets déléments de recommandations à lAssemblée générale que vous nous avez communiqué le 17 décembre dernier.

Je vous remercie.